Boutique Biologiquement.comBotanique du baobab Adansonia digitata

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Caractères botaniques remarquables Adansonia digitata, ou baobab, est connu dans toute l’Afrique tropicale par son tronc immense et ses énormes branches. Celles-ci ressemblent à des racines, ce qui accrédite la croyance que l’arbre tire grâce à elles sa force du ciel.

Diamètre atteignant 3 à 6 m et hauteur, 25 à 30 m. Les jeunes arbres ont un tout autre aspect, ils ressemblent à des bouteilles élancées dans le bouchon desquelles on aurait piqué les rameaux. Le baobab est dénudé en saison sèche. Les feuilles d’Adansonia digitata sont composées avec 3 à 9 (6 à 7) folioles entières, lancéolées, longues de 4 à 15 cm et jusqu’à 5 cm de large, brillantes dessus, poilues dessous. Floraison : fleurs et fruits En fin de saison sèche ou juste avant les premières pluies, souvent avant l’apparition des premières feuilles. Adansonia digitata a un caractère botanique unique dans le genre Adansonia: des fleurs pendantes, au contraire des autres espèces à fleurs érigées. Les fleurs mesurent 15 à 20 cm de diamètre, d’un blanc éclatant, se tachant de brun avec l’âge ou quand on des cueille. Elles se disposent de manières solitaires, suspendues à une ‘ficelle’, le pédoncule, qui peut atteindre 1 m de longueur et supporte plus tard le fruit. La pollinisation s’effectue par les chauves-souris et autres micro-mammifères.

Pain de singe le fruit de baobab adansonia digitata
Pain de singe le fruit de baobab adansonia digitata

Le fruit, que l’on appelle en français “pain de singe”, est de forme allongée ellipsoïde, mesurant 12 à 36 cm de long et 7 à 17 cm de diamètre. Son enveloppe de 0,5 à 1 cm d’épaisseur est pelucheuse, dure, ligneuse, vert brunâtre ou jaunâtre gris. A l’intérieur, on trouve une pulpe blanche à rosâtre pâle, compartimentée par 10 cloisons fibreuses dans le sens de la longueur. La pulpe contient de nombreuses graines de la grandeur d’un haricot, dures, réniformes, brun noir.

Ses fleurs, ses graines et ses feuilles quand elles sont très jeunes sont consommées crues ou bouillies, mais le plus souvent on sèche les feuilles, on les réduit en poudre et celle-ci est utilisée dans la cuisine avec diverses sauces: la poudre de feuilles de baobab adansonia digitata séchées est appelée ‘Lalo’ au Ferlo sénégalais et dans le reste du Sénégal et elle est fréquemment consommée avec le couscous. Le ‘Lalo’ est vendu sur la plupart des marchés. On sèche les feuilles quand on veut les conserver longtemps; on les vend ainsi sur le marchés telles quelles ou réduites en poudre qui est utilisée notamment pour lier les grains du couscous et dans des sauces. Mélangées à des graines de sésame et / ou à des arachides, les feuilles de baobab fraîches constituent une excellente salade ’affous’. La pulpe La pulpe des fruits de baobab adansonia digitata, généralement blanchâtre, mais pouvant être jaune ou rosée, appelée ‘pain de singe’, est très riche en acide ascorbique (vitamine C): on dit qu’à volume égal elle est plus riche que l’orange en vitamine C. On peut mâcher la pulpe et l’avaler, ou bien la dissoudre dans de l’eau pour faire une boisson est employée quelquefois comme un succédané du lait. On peut aussi dissoudre la poudre dans du lait. Cette boisson est quelquefois mélangée à la ‘mérissa’, sorte de bière de sorgho fermenté très commune au Soudant. Il y a encore quelques années, le Soudan exportait de la pulpe de fruit de baobab adansonia digitata pour l’industrie pharmaceutique britannique qui l’utilisait dans la fabrication de produits anti-inflammatoires. Les feuilles Dans beaucoup de régions, on coupe les branches pour provoquer la repousse de jeunes feuilles. La farine de feuilles est utilisait dans des sauces à couscous. 33 grammes de feuilles sèches couvrent les besoins journaliers en calcium d’un individu. Les jeunes plantules se mangent cuites comme des asperges, soit au naturel, soit légèrement ébouillantées: on mâche les parties tendres et recrache les fibres ; on fait de même avec racines des jeunes plants. Cette pratique culinaire explique en partie pourquoi l’on ne trouve pas beaucoup de jeunes arbres. Les graines Dés le XVème siècle, elles étaient vendues sur les marchés du Caire. Elles sont consommées fraîche ou grillées. La graine contient 15 % d’une huile comestible, plus riche en protéines que celle des arachides. La farine de graines peut contenir jusqu’à 48 % de protéines et jusqu’à 2 % de vitamine B1; elle mériterait d’être utilisée pour la fabrication d’aliments infantiles comme l’est la farine de caroubier en Algérie ; fermentée, elle prend un goût d’huile d’amande et peut devenir légèrement toxique. La graine contient un alcaloïde, l’adansonine, qui est utilisée comme contre-poison. Réservoir d’eau On notera aussi que le baobab adansonia digitata joue un rôle contre la soif. En effet, en cas de grande sécheresse, le bois, tendre et spongieux, est mâché par les hommes et les animaux pour apaiser la soif. Mais surtout, dans certaines régions sèches, on évide le tronc pour y stocker de l’eau. Pour ce faire, on aménage un vaste entonnoir à pente très faible tout au tour de l’arbre, d’un rayon de 10 à 15 mètres, pour que l’eau se concentre autour du tronc quand il pleut. Miel Signalons encore que les baobabs adansonia digitata sont habités par des colonies d’abeilles, qui nourrissent du nectar de ses fleurs, et produisent un miel fin et apprécié.

Laisser un avis / commentaire / témoignage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *